C’est l’hiver! Avec la Model 3, c’est un challenge!

Vous avez sans doute constaté, à la consultation de ce site, que nous aimons bien notre Model 3 — l’accélération, la tenue de route, le plaisir de conduire… Mais ce n’est vraiment pas un char d’hiver.

Ce n’est pas tout à fait vrai. La conduite hivernale est solide, même avec le modèle RWD (Standard Range Plus). Le poids du véhicule et l’équilibre entre l’avant et l’arrière de la voiture en font un vrai tank. 

MAIS

Les poignées de porte et les fenêtres gelées de la Model 3

On en a déjà parlé dans un ancien billet. Très important d’acheter une canette de lubrifiant à base de silicone et en faire l’application avant le début de l’hiver. Après un bon nettoyage, appliquez un petit “spray” et ouvrez la porte. Essuyez l’excès. Ça fait en sorte que la glace ne colle pas (ou moins) et ça facilite le déglaçage lors de verglas. Notez que Tesla mentionne le bon vieux WD40 dans ses documents les plus récents. Le technicien Tesla à qui j’avais parlé recommandait le lubrifiant silicone et je n’ai jamais eu de problème. Et ça n’attire pas la poussière.

La protection de la peinture

Vous avez payé pour la peinture de votre Model 3 et elle est de qualité médiocre. Elle va peler et chipper après un an d’hiver si vous ne prenez pas les précautions nécessaires pour la protéger. Au minimum des garde-boues, idéalement un wrap (pellicule protectrice) que vous ferez installer chez un pro avant votre premier hiver. Si c’est déjà trop tard, voyez avec un pro. De mon côté, je vais devoir faire repeindre les bas de caisse… $$$ après 25 000 km seulement…

Tesla recommande de laver le véhicule pour enlever le calcium “le plus souvent possible” — ah, les ingénieurs californiens… Si vous avez un garage qui permet de garder votre 3 au chaud, c’est assurément recommandé. Sinon, bonne chance au lave-auto à -15°C! Sans commentaire.

Les pneus d’hiver

Avec la quantité phénoménale de Model 3 sur les routes du Québec, trouver la bonne taille de pneu en stock peut s’avérer difficile lorsqu’on s’y prend tard (début octobre est trop tard…). Prévoyez de devoir magasiner et soyez ouvert à un deuxième ou troisième choix de modèle. Voyez notre billet sur les pneus d’hiver.

Prévoyez vos déplacements

Prévoyez une consommation beaucoup plus importante, surtout pour les petits trajets. On lit souvent un impact de 10-15%, mais d’expérience c’est plus près de 30-50% par temps très froid. Vérifiez la pression des pneus et approchez-vous du 42psi recommandé. Par temps froid, la pression peut naturellement diminuer et ainsi contribuer à augmenter la consommation. Si vous êtes “serrés”, diminuez la température de l’habitacle et favorisez l’utilisation des sièges chauffants. Chaque KW/h compte!

Freinage

Assurez-vous d’utiliser vos freins des fois de temps en temps. Le freinage récupératif de l’auto n’utilise pas les freins, et ces derniers peuvent corroder et s’user prématurément, surtout lorsqu’on ajoute un peu de calcium. C’est moins problématique lorsqu’il fait froid puisque le système est limité par le froid, mais l’automne-printemps peut être problématique. Quelques sorties d’autoroute prises rapidement, des lumières de boulevard plus tardives (soyez sécuritaire, bien entendu!) Vous pouvez également diminuer l’intensité du freinage récupératif dans les réglages du véhicule afin d’utiliser les freins davantage. Au détriment de l’efficacité énergétique, bien entendu.

Abonnez-vous à notre infolettre pour obtenir gratuitement notre Guide (complet) de l’hiver pour la Model 3. Ne vous inquiétez pas, on ne spam pas nos abonnés.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.