Préparer ses déplacements l’hiver en Model 3

L’été est la meilleure saison pour les véhicules électriques. Le climatiseur n’utilise que peu d’énergie, la température de la batterie est optimale, les performances sont incroyables… et après viens l’hiver.

La Model 3 n’échappe pas aux contraintes hivernales des VÉ. Impact sur la performance, mais surtout sur la portée du véhicule. L’impact peut être déconcertant pour plusieurs. Notons ici que le problème concerne tous les VÉ disponibles sur le marché présentement.

Vous pouvez lire notre article sur l’impact du froid sur la batterie de la Model 3 ou sur les déplacements fréquents au Québec pour plus d’information générale. Dans cet article, nous aborderons le “pratico-pratique” des déplacements hivernaux de moyenne et longue portée en Model 3.

Préparation d’un déplacement en Model 3

L’estimateur de portée de la Model 3 (en km) et quasi inutile l’hiver. Ne le regardez pas. Aussi simple que ça.

Pour tout déplacement significatif, il faut utiliser le planificateur de trajet de l’ordinateur de bord. Puisque l’écran tactile comporte un bon clavier, c’est assez facile de trouver l’adresse recherchée. Truc : vous pouvez envoyer une adresse à votre Model 3 à partir de votre téléphone mobile. Cette fonction est particulièrement pratique. Cliquez sur l’icône « partager » et choisissez votre Model 3 dans la liste.

Lorsque le trajet sera planifié, regardez si le système vous recommande d’arrêter à une station Supercharger. Regardez également l’estimation du pourcentage d’énergie restante à votre arrivée et l’estimation de l’énergie restante pour faire un allez-retour à partir de votre emplacement.

Notez également que le système de planification de trajet, une fois activé, ajuste la température de la batterie à l’approche d’une station Supercharger afin que la voiture soit prête à recevoir la recharge maximale. Une autre bonne raison de l’utiliser.

Estimation du pourcentage d’énergie restante

L’estimation du pourcentage d’énergie restante est le meilleur outil pour vous permettre de vous rendre à destination. D’expérience, le système peut toutefois nécessiter quelques minutes de route pour se réajuster. Ne vous fiez donc pas à la valeur “en partant”. Il s’ajuste à votre vitesse et à la moyenne de consommation sur une période d’environ 30 minutes. Pour quand même vous guider, au départ, un voyage qui estimait à 42% d’énergie résiduelle a été revu à 31% après 30-40 km d’autoroute et est resté identique pour le reste du voyage (2h).

Facteurs qui influencent la consommation d’un VÉ

  1. Température. La performance de la batterie diminue avec le froid et en plus elle doit fournir une quantité appréciable d’énergie pour chauffer l’habitacle.
  2. Précipitations. Rouler dans la neige nécessitera plus d’énergie. Même la pluie a un impact.
  3. Le vent. Il va de soi qu’un vent de face de 50 km/h aura un impact négatif sur la consommation.
  4. Les dénivelés. Les régions montagneuses sont gourmandes en énergie (pensons à l’autoroute 185 dans l’est, ou à la région de Charlevoix…)
  5. La vitesse. À plus de 105 km/h (environ), la consommation augmente de façon exponentielle.
  6. L’accélération. Vous roulez comme Jacques Villeneuve sur la 20? Prévoyez un impact sur votre consommation.
  7. La pression des pneus. Une pression trop faible aura un impact sur la consommation. Attention toutefois de ne pas surgonfler les pneus.
  8. Les pneus d’hiver. Bien entendu, ils sont nécessaires l’hiver au Québec (c’est la loi), mais ils ont un impact négatif sur la consommation puisque la gomme est plus molle.
  9. Les accessoires. Les “caps de roues” d’origine de la Model 3 amènent une économie d’énergie en améliorant l’aérodynamisme. Prévoyez quelques pertes avec des garde-boues (mais c’est nécessaire) et aussi si vous n’avez pas bien déblayé votre voiture. Prévoyez un plus grand impact avec des accessoires de toit (“rack” à ski, boîte de chargement, vélos…)
  10. Le poids de la voiture (incluant les passagers, les bagages…). Bien entendu, 4 passagers à 200 lbs auront un impact négatif sur la consommation. (merci à Joe pour ce point; je l’avais oublié)

Il faut donc apprendre à connaître la consommation de sa voiture selon ces conditions et situations. Encore une fois, le système de planification de la voiture est assez précis, surtout après une trentaine de minutes de “calibration”. On recommande quand même de se donner au moins 10% de “lousse” pour pallier à d’éventuels changements de conditions routières. Lorsque vous arrêtez aux stations Supercharger, rester quelques minutes de plus peut vous offrir une certaine paix d’esprit.

Mais ça veut dire environ combien de km?

Tel que mentionné ci-dessus, l’indicateur de km restants n’est pas très utile, surtout l’hiver. Si vous y tenez absolument, voici un petit guide très général : dans des conditions idéales, 20°C, belle soirée d’été : 1:1. Environ 0°C, de la pluie ou de la neige et du vent, prévoir 2:1. -20°C, des bourrasques de vent et de la neige, prévoir 3:1. En gros, soyez prêt à “consommer” 3 km à la console pour 1 km réel.

À ne pas oublier

Une fois à destination, il faut être en mesure de repartir! N’oubliez pas de planifier votre recharge. Ne comptez pas trop sur la prise 110V pour recharger votre voiture, surtout pas l’hiver. N’oubliez pas vos adaptateurs et votre carte du Réseau Électrique. On n’est jamais assez préparé. N’oubliez pas non plus la perte d’énergie dans un stationnement, aussi appelée “perte fantôme”. En effet, la Model 3 consomme quelques km d’autonomie même au repos. Lorsqu’il fait très froid (sous les -20°C), cette perte peut aller jusqu’à environ 20-30 km par 8h.

Le niveau de recharge optimal de la batterie de la Model 3

On dit fréquemment qu’il est préférable de ne pas complètement “vider” la batterie et de ne pas la remplir à 100% (osciller entre 85-90% et 20% semble optimal). Par contre, les “extrêmes” sont acceptables à l’occasion et ne devraient pas influencer outre mesure votre planification d’un voyage. Je recharge souvent ma batterie à 100% lorsque je pars pour de longues distances.

Les services de planification de déplacements en ligne

Le site ABetterRoutePlanner.com offre un service de planification de déplacements avec la Model 3 (ou tout autre VÉ) qui prend en considération votre vitesse (estimée) et les dénivelés. Bien entendu, le système ne peut pas être ajusté pour les autres facteurs qui influencent la consommation telle qu’énumérée ci-dessus (ne prends pas en considération la température, notamment), mais c’est un outil qui peut faciliter grandement la préparation d’un voyage. 

L’hiver, soyez prêt à rester plus longtemps aux Superchargers et restez vigilant.

Propriétaires de Model 3 : avez-vous d’autres astuces pour planifier vos déplacements? Faites-nous-en part dans les commentaires ci-dessous!

3 thoughts on “Préparer ses déplacements l’hiver en Model 3

  • 2019-12-24 à 4:55 am
    Permalink

    Une bonne synthèse de tout ce à quoi il faut veiller lorsqu’on utilise sa Tesla pour la première fois en hiver.

    Répondre
  • 2019-12-31 à 9:31 am
    Permalink

    C’Est principalement ce que j’ai utilisé et la manière dont j’ai planifié mon dernier voyage à Montréal avec températures négatives.
    Dans les facteurs je rajouterai le nombre de personnes à bord.
    Nous étions 4, dont 2 enfants avec leurs sièges. En roulant à 119km/h je consommais bien plus vite que ce qui étais prévu, autant à l’aller qu’au retour.
    Grosso modo une différence de 10-15% de consommation (en moins) pour chacun de mes trajets jusqu’à mes « checkpoints » (madrid et dix30).

    Bonne année !

    Répondre
    • 2020-01-03 à 8:25 pm
      Permalink

      Merci pour le commentaire (j’ai mis à jour le post pour mon oubli du # de passagers / poids de la voiture).
      Ouais, rouler à plus de 110km/h fait augmenter la consommation de façon importante. Définitivement à prendre en considération lorsqu’on a le pied pesant. 😉

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *