Petit road trip à Boston en Model 3 l’été

Nous publions surtout sur l’impact de l’hiver sur la Model 3. Mon billet sur notre visite au Nouveau-Brunswick l’hiver continue d’être populaire, mais qu’en est-il d’un voyage l’été, lorsque la batterie est à son meilleur?

Nous avions besoin d’aller à Boston pour une rencontre familiale. Après une recharge à 100% (qui me donne environ 485 km de portée présentement), nous avons entamé notre périple aux USA – environ 400 km. Après 1h d’attente au post frontalier de Stanstead, nous étions enfin rendus aux USA. Ma conjointe a facilement pu changer l’affichage de vitesse en miles/h à partir de la console centrale (même en roulant), ce qui facilite grandement le maintien d’une vitesse adéquate. Pour ceux qui ont déjà conduit dans cette région, les automobilistes américains respectent beaucoup plus les limites de vitesse que les canadiens. Je ne voudrais surtout pas me faire arrêter pour excès de vitesse aux USA…

Le système de navigation indiquait que nous pouvions nous rendre à destination avec environ 7% de charge restante. C’est bien, mais une fois à destination, il fallait trouver une borne assez rapidement. Pour mieux “respirer”, nous avons décidé de faire un arrêt à une station Supercharger à Lincoln au New Hampshire (NH). Nous sommes restés branchés environ 15-20 minutes (31 kWh). Ce Supercharger est situé près d’un hôtel dans ce petit village de montagne (près des White Mountains). Il y a deux petits cafés tout près et une microbrasserie avec restaurant et terrasse. Bel endroit pour faire une petite pause.

Microbrasserie One Love Brewery à Lincoln, NH

Petit à côté; j’avais un crédit Supercharger de 1500 km (merci Fernand – que je ne connais pas personnellement, mais qui a utilisé mon code (https://ts.la/marcemile75384) — voyez notre page « à propos » pour savoir c’est quoi). Aux USA, Tesla offre 1000 miles de recharge pour le référencement. Au lieu de débiter les km, Tesla a débité mon compte en miles (au lieu de km), me “donnant” donc quelques km supplémentaires. Il semble s’agir d’un petit bogue du système international, mais pour une fois, il nous est favorable ;-). Merci également à M. Luc Boudrias d’avoir soulevé ce point. Une raison de plus d’utiliser notre code de référencement si vous achetez une Tesla!

Supercharger de Hooksett (sud)

Nous avons par la suite fait une petite pause au Supercharger de Hooksett, NH. Pour ceux qui ont déjà pris la 93, ce sont deux stations-service Irving en face l’une de l’autre avec un “liquor store” et quelques restos. Très achalandé. Tant qu’à faire une pause pipi, je me suis branché pour quelques minutes (probablement environ 5) — tellement peu que Tesla n’a pas enregistré la transaction.

Nous sommes arrivés à destination avec un bon “coussin d’électricité”. Pas de stress pour trouver une borne dans les environs. C’est exactement ce que j’aime de ma Model 3; tu ne penses pas *toujours* à ta batterie et à la recharger.

Nous n’avons que peu conduit dans la ville. Le lendemain, nous avons repris la route avec comme objectif de faire le plein à la station nord de Hooksett puis de poursuivre notre route à la maison. Un arrêt d’environ 20 minutes (34 kWh). Après réflexion, nous avons décidé de retourner au Supercharger de Lincoln pour dîner (le timing était bon). Nous avons opté pour un café – scone à l’érable dans un petit café. Quelques minutes après, nous étions encore sur notre route (22 kWh). Notez que ce deuxième arrêt n’était pas nécessaire; on a trouvé l’endroit sympathique la veille et on a simplement décidé d’y retourner. C’est un petit bonus intéressant du réseau Supercharger; ça fait visiter des communautés qu’on aurait simplement ignorées.

Petit café près du Supercharger de Lincoln, NH

Le reste du voyage s’est bien déroulé. Autopilote s’est bien comporté et réussi à rendre le voyage plus relax. La version actuelle d’Autopilote gère difficilement les sections d’autoroute où la circulation cède (merge), c’est-à-dire lorsqu’une voiture tente de joindre la voie dans laquelle vous êtes. Ceci entraîne souvent un ralentissement assez brusque (trop pour ma conjointe) et c’est désagréable. Quand je réalise que cette situation va se produire, je change de voie (voie de gauche) ou bien je désengage Autopilote. Autrement, Autopilote continue d’agrémenter mes longs déplacements. 

En tout, ce voyage m’aura “couté” 351 km de crédit Supercharger, soit un gros 0$. Difficile (impossible) de déterminer la valeur $ de ces recharges étant donné que Tesla facture les Superchargers “à la minute” et que les crédits Superchargers sont exprimés en km (ou miles); mais bon; probablement aux environs de 20-30$. Il ne semble pas y avoir de problème “Internationaux” aux Superchargers (facturé en $USD par contre).

Ce petit road trip estival permet de pleinement apprécier cette voiture du futur. Roulement ferme, mais confortable, tenue de route exemplaire, accélération incroyable, système audio solide… quoi demander de mieux?

Avez-vous fait un road trip similaire? Laissez-nous un commentaire sur votre expérience!

4 réflexions sur “Petit road trip à Boston en Model 3 l’été

  • 2019-08-14 à 10:38 am
    Permalink

    Merci pour l’info…j’ai effectué a peu pres le meme trajet ..mais vers Hampton beach avec ma 3 standard plus (donc autonomie moindre)
    départ de Brossard en passant par Burlington a l’aller et retour par Magog comme vous ( donc arret a Lincoln moi aussi).
    Ma plus grande ‘surprise’ fut la perte d’autonomie dans les montagnes ( pres de 80 km en moins versus la distance réelle)
    Par exemple, avec une charge de 350 KM a Lincoln pour le retour, et pour une distance réelle entre Lincoln et Brossard de 311 km ( donc théoriquement assez de charge ), j’ai du arreter a Magog pour charger un 40 km supplémentaire

    Répondre
    • 2019-08-14 à 8:26 pm
      Permalink

      Très bon point. Les montagnes (en général) prennent beaucoup d’énergie. Nous le voyons lorsque nous nous rendons chez nos parents au Nouveau-Brunswick (via la 185). La voiture récupère l’énergie cinétique lorsqu’on redescend, mais l’équation n’est définitivement pas 1:1.
      Avez-vous utilisé le GPS de l’auto pour planifier le voyage? Si oui, avez-vous remarqué s’il était « mieux » dans sa prédiction de consommation d’énergie? Ça semble être le cas de notre côté, ce qui nous laisse suspecter que le système prend en considération les dénivelés — à confirmer.

      Répondre
  • 2019-09-14 à 3:41 pm
    Permalink

    Je reviens d’un voyage de 3300 km en Model 3 avec ma conjointe vers le Michigan. Ayant un peu de temps, nous avons allongé le parcours pour éviter le trafic des grandes routes (et de Toronto), et nous avons pu mettre la voiture à l’épreuve en passant par le nord de l’Ontario au retour (près de 500 km entre le superchargeur de Gaylord, MI et celui de Sudbury, ON). La bonne surprise, c’est l’autonomie ! C’est vrai que la température était idéale – ni trop chaud ni trop froid, une demie journée de grosse pluie sans plus – et qu’il n’y avait pas de région montagneuse, donc de bonnes conditions pour optimiser la consommation. Et cela même si nous avions un kayak sur le toit pendant une partie du trajet.
    J’ai utilisé abetterrouteplanner.com pour planifier le trajet et le GPS de l’auto pour localiser les chargeurs (parfois un peu cachés) et j »ai trouvé les deux outils très utiles. Plugshare.com m’a aidé à trouver quelques chargeurs de niveau 2 pour nous remonter le morale dans les régions « désertiques ».
    Quelques constatations : en restant dans les limites de vitesse, c’est facile de baisser la consommation sous la barre des 160 wh/km utilisée par abetterrouteplanner pour cette voiture, et donc de dépasser les 500 km d’autonomie théorique. Avec un peu de planification, les arrêts de rechargement peuvent être combinés avec les pauses-repas et la plupart du temps des toilettes sont accessibles à proximité des bornes rapides Tesla, ce qui finalement n’allonge pas la durée du trajet par rapport à une voiture à essence.
    C’est un plaisir de conduire cette voiture à cause de son confort, de sa réserve de puissance en cas de besoin et de son système de son, tout en sachant qu’on n’envoie pas de carbone dans l’atmosphère!
    Dans les petits bémols, je dois dire que le « cruise control » (Enhanced Auto Pilot) dont ma voiture est équipé n’est pas toujours de tout repos lorsqu’il y a du trafic (freinages intempestifs à l’occasion), et que le système de navigation Tesla a de petites faiblesses quand on le compare à d’autres systèmes.
    Pour ce qui est des bornes de rechargement, au Canada, le réseau Tesla s’améliore à vue d’oeil, notamment le long de la Transcanadienne. D’ici quelques semaines, le trajet Ottawa – Sault Ste Marie pourra être fait sans aucune inquiétude, même en autonomie standard! D’ici moins d’un an, on pourra traverser le Canada sans utiliser notre adaptateur J1772…
    Par contre, pour aller jusqu’à Natashquan ou faire le tour de la Gaspésie, vaut mieux encore avoir un adaptateur Chademo…

    Répondre
    • 2019-09-14 à 5:39 pm
      Permalink

      Wow, merci pour le commentaire – ça décrit très bien l’expérience de conduire une Tesla. Je suis aussi d’accord avec vous pour la performance du cruise control. Le problème de freinage semble survenir lorsqu’une voiture tente de « merger » près de nous. On peut espérer que ça continuera de s’améliorer avec les mises à jour.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *